Quelques taches truquées - Julie Corrales

Mon blogue

Quelques taches truquées

Quelques taches truquées - Julie Corrales

Lorsque je faisais des études d’infographie, il nous fallait sans cesse faire preuve d’ingéniosité. Nous devions avec un rien proposer à notre professeur, ou à la société avec laquelle on travaillait une amélioration d’une image. Pendant une semaine, il nous avait été demandé de créer des fonds d’écran. Je devais aussi créer beaucoup de textures. Il arrive un moment où nous sommes face à certains blocages et/ou le manque d’idées, fait qu’il nous est presque impossible de proposer quoi que ce soit. Nous avons pour habitude à ce moment-là de nous tourner vers les écrans de nos collègues. Celui qui était à ma droite paraissait particulièrement inspiré. Il avait créé plusieurs textures à partir d’une simple photo. Quand je lui demandais ce qu’il avait réellement pris comme image, il me répondait que c’était tout simplement les tâches solaire des fesses de sa mère. C’est ce jour-là que je comprenais que je ne devais absolument pas avoir de freins ni de limites au niveau de la création.

Mon premier contrat était pour une maison d’édition pour enfants. Je devais créer plusieurs graphismes qui devaient accompagner les textes d’un livre parlant d’elfes et de fées. Je regroupais pendant plusieurs jours toute image relatant ce monde féerique pour pouvoir m’inspirer au mieux de la chose. Je devais créer, autant d’objets du style elfique, que je devais aussi habiller de tons chauds. Pour cela, je devais aussi créer énormément de textures de fond et je devais aussi habiller chaque image de ses textures, très typiques d’un certain style classique anglais. Il m’était possible aussi d’aller piocher dans le serveur de la société quelques travaux faits par mes collègues pour aller plus vite. Je trouvais quelques textures intéressantes pour habiller le bois et les murs. Je devais aussi faire de mon mieux pour créer la meilleure couverture de livre en n’omettant aucun détail du cahier des charges. Je devais réaliser une sorte de chambre pour enfants tout en bois. Lorsque je truquais quelques textures pour donner une certaine chaleur au bois, je me rendais compte après coût que je venais d’utiliser quelques tâches des fesses de la mère de mon collègue. Je lui avouais après avoir fini tout mon projet, que si c’était mon travail qui était choisi, les fesses de sa mère allaient passer à la postérité. Quelques semaines plus tard, le livre était en rayon. La mère de mon collègue venait me voir un jour au travail me demandant de lui écrire une dédicace. Je ne savais pas trop comment le prendre.